L’automne à Osaka

automne

automne

automne

automne

automne

automne

automne

automne

automne

automne

automne

七五三

Shichi-Go-San (七五三, les kanji pour 7, 5 et 3) est, au Japon, un rituel de passage traditionnel pour les enfants de 3, 5 et 7 ans. Il se déroule chaque année le weekend le plus proche du 15 novembre.

Ma fille ayant tout juste 3 ans, c’est donc à son tour :)

七五三

七五三

Changement de chaussures, quelques chose de plus confortable pour monter les marches du temple.

七五三

Mère et fille.

七五三

Certains jouets aussi sont sacrés ! Il faut les emmener partout sinon les larmes coulent !

七五三

RDV pour les 5 ans !

 

 

 

Tengu festival

Surement mon festival préféré à Osaka.

Un petit temple, deux ou trois démons ayant pour seul but de terroriser et frapper les gens présents. Alors dit comme ça, ça semble cruel, mais malgré les cris des enfants, l’ambiance est très joviale.

Tout le monde s’incline devant le démon.

dsc02670

dsc02665

Mais des fois, certaines personnes sont récalcitrantes

dsc02666

Voir totalement arrogante :p

dsc02731

Les coups pleuvent donc plus forts pour eux !

dsc02733

dsc02734

Et pour mettre de l’ambiance, un gros tambour est frappé très répétitivement.

dsc02712

[Expérience] (le choix de) la maternelle au Japon.

L’année prochaine, en avril (début de l’année scolaire au Japon) ma fille rentrera à la maternelle. L’occasion pour moi de faire un petit compte-rendu de cette « expérience » (avec quelques égarements bien sur).

Si vous n’êtes pas parents ou futurs parents, passez juste votre chemin, ce ne sera pas très intéressant pour vous.

Maternelle : ようちえん / 幼稚園 / youchien

Crèche : ほいくしょ / 保育所 / hoikusho – synonyme : 保育園 / hoikuen

IMG_20151124_164214

Au Japon l’école est obligatoire à partir de 6 ans sauf erreur de ma part, mais en général, les enfants intègrent, soit une école maternelle aux alentours de 3 ans, soit une crèche dès les premiers mois. Les parents qui désirent travailler optent d’ailleurs pour cette dernière solution.

Les crèches japonaises sont vraiment, mais vraiment, chères et elles se font de plus en plus rare – les riverains (surtout les personnes âgées, 1/4 de la population japonaise a plus de 64 ans) se plaignent du bruit occasionné par les enfants, un comble dans ce pays ou les bandes de motards peuvent pétarader en paix dans les rues, ou les politiciens crient dans des hauts parleurs dans les rues des semaines entières pendant les périodes électorales et ou les travaux de voiries se font la nuit « pour ne pas gêner la circulation » (mais le marteau piqueur sous les fenêtres des gens, ça, ça va (ಥ⌣ಥ) ) [je m’éloigne du sujet la].

Bibliotheque

Ces chieurs personnes âgées, et le fait que la natalité japonaise soit en berne, ne favorisent pas l’apparition de nouvelles crèches. Ils préfèrent construire des pachinko, c’est beaucoup plus rentable…

  • Pour mettre votre enfant à la maternelle, pensez donc à vous y prendre une année à l’avance, histoire de vous renseigner.
  • Si vous optez pour la crèche, pareil, une an à l’avance. La [tentative de] réservation se fait idéalement pendant la conception (alors non, pas PENDANT la conception, attendez le lendemain matin par exemple).

Imaginez le dilemme, ne pas travailler, « sacrifier » un salaire et avoir moins d’argent (?) ou retourner bosser mais mettre mensuellement une bonne moitié de salaire dans la crèche …

Vous allez me dire que quitte à choisir, autant rester avec son enfant ?! Mais pour beaucoup de japonaises, retourner travailler permet de ne pas se faire remplacer par exemple.

Dans notre cas le problème a vite été réglé, je dispose d’horaires de travail tellement souples qu’il m’arrive d’avoir des semaines totalement libre. C’est moi la mère le père au foyer (ce qui déclenche des « ooooooh » et « sugoi » supplémentaires chez les autochtones).

line up

Pour choisir une école, le prix est bien sur très important (ça l’est pour moi/nous) Les gens ne cessent de me demander :

– mais pourquoi ta fille ne va pas au Lycée Francais ?

– Je n’ai pas le million de yen sur mon compte en banque pour payer l’année scolaire … ¯\_(ツ)_/¯

Il faut alors ensuite choisir entre l’école privé ou publique. Comme en France, le privé a meilleur réputation que le public et forcement, les prix vont s’en ressentir. Pour nous le choix est simple car nous sommes littéralement encerclé d’écoles privées. Il n’y a pas d’écoles publiques à moins de 10 minutes de vélo (Oui, je ne suis pas un grand sportif).

Vous pouvez vous rendre dans votre mairie afin de retirer une sorte de livret (et c’est l’objet de ce petit post) vous donnant tous les renseignements sur les écoles de votre quartier (les 2 images ci dessous dans mon cas, cliquez pour agrandir).

école maternelle Osaka Japon école maternelle Osaka Japon

Le livret fait une vingtaine de pages mais c’est assez redondant, je n’ai scanné que ces deux pages, les prix sont assez intéressants, ça va du simple au (presque) double.

Les prix dépendent de l’age de votre enfant (3, 4 ou 5 ans) et des services proposés. Toutes les écoles n’ont pas forcement de PTA (Parents – Teachers – Association) ou d’activités extra-scolaires. Faites votre choix en fonction de ce que vous recherchez. Pensez à demander à votre mairie si vous pouvez toucher une aide. Cette dernière dépend de vos ressources.

La plupart des écoles ouvrent de 9h à 14h. Si vous dépassez ces horaires, certaines écoles (pas toutes) disposent d’un service de garderie bien évidemment pas gratuit du tout – il faut compter entre ¥500 et ¥1000 de l’heure pour y faire garder votre enfant.

Autant vous dire que la personne qui bosse dans un konbini à ¥800 de l’heure et qui doit quelques fois laisser son enfant à la crèche à ¥1000 de l’heure tire un peu la gueule !

Ci dessous l’école décrit ses activités heures par heures et pendant les festivals/jours fériés.

école maternelle Osaka Japon école maternelle Osaka Japon école maternelle Osaka Japon école maternelle Osaka Japon

Nous avons visité pour le moment deux écoles (une troisième la semaine prochaine) et nous n’avons pas encore trouvé notre bonheur. Je ne suis pas très au fait de l’éducation dans les maternelles en France mais ce que j’ai entendu ici ne m’a pas énormément impressionné.

Pas déçu, mais pas impressionné. Je m’attendais à quelque chose d’énorme, vous savez, le stéréotype de l’enfant asiatique, qui bosse comme un fou toute la journée, avec son boulier (ben oui, un stéréotype c’est totalement ou rien !) D’un autre coté, c’est pas plus mal hein.

Une petite anecdote, dans la deuxième école, pendant la réunion parents-professeurs (d’une durée d’une heure), le directeur nous a parlé du potager pendant une grosse trentaine de minutes (je ne déconne pas non) …

Bienvenue à l’école XXX, comme vous le voyez, l’école est très propre, blablabla, les enfants sont heureux blablabla et on a un potager énorme derrière.

** moi dans ma tête – ah ça à l’air d’être cool **

On a des tomates qui sont en fait des tomates qui viennent d’Hokkaido et …

** oui ok mais l’éducation, compter, lire, écrire **

Et ensuite on a des concombres qui viennent de la préfecture de …

*wtf*

Sur ce Powerpoint vous pouvez voir des fraises !

** mais stooooop **

(je vous jure il avait un Powerpoint avec des fruits et légumes, j’ai eu peur qu’il lance Excel à un moment).
ecolier

Je vous passe les couplets ou les professeurs tentent de parler anglais à ma fille ?

Il y avait beaucoup de monde dans la première école que nous avions visité. Afin que les oreilles ne se joignent pas aux yeux déjà rivés sur ma fille ou moi même, je suis tout simplement resté silencieux pendant quelques minutes. Ma femme entame une conversation avec un prof (en japonais bien sur) sans que ce dernier ne puisse m’apercevoir.

Ma femme au prof, en japonais : « j’ai quelques questions à vous poser ».

La prof, en japonais : « Oui ?! »

Ma femme, en japonais : « Ah voila mon mari ».

La prof, en anglais : « Hello ! American husband, sugoi ! »

Moi, en japonais : « ………… Bonjour, enchanté de vous rencontrer. Je suis Francais ».

La prof, en japonais : « woaw, votre japonais est supeeeeeerbe ! Francais ? Sugoi ! »

Bon là j’avoue que 2 « sugoi » en 2 phrases, j’aurais du sentir l’entourloupe.

Moi : …

Ma femme, en japonais : « Ah, voila notre fille ».

La prof, en anglais : « half ! Sugoi ».

LA ca m’a gavé …

La prof, en anglais : Hello, how are you ?

Je vous raconte pas ma gueule …

Edit : 23 septembre 2016.

Aujourd’hui, direction l’école maternelle que ma fille aime, et dans laquelle elle aimerait aller. Vous auriez vu ma tête quand le prof qui nous faisait le tour du propriétaire nous a dit que l’année prochaine ils allaient accepter … 10 élèves …

10 élèves ? pour une centaine de candidatures …

« Et comment allez vous choisir ces élèves ? Ces 10 veinards ? »

« Il faudra venir le 1er octobre, à 7h30 du matin, tirer un papier dans un chapeau pour savoir si vous êtes les gagnants ou pas. »

Non mais sans rire, sans se foutre de ma tête, le mec m’annonce qu’il n’y a pas énormément de places ET que ces places sont attribuées au hasard. J’ai des fois envie de tordre le cou au Japon.

Il va donc finalement falloir, 1, se lever tôt pour venir tenter notre chance dans cette maternelle, mais surtout « candidater » dans toutes les écoles maternelles de la ville pour espérer avoir une place.

Les parents qui postulent mais qui n’ont pas de chances devront « tout simplement » repousser d’une année l’entrée en maternelle … waow …

 

Edit : 1er octobre 2016.

Le jour est arrivé et il faut se présenter … entre 6h et 7h à la maternelle. Moi qui pensait être en compétition avec une 50aine d’autres parents, quelle ne fut pas ma surprise de m’apercevoir que seulement 8 autres mères s’étaient déplacées. Tant mieux pour nous du coup car ils n’ont pas eu besoin de faire de tirage au sort et ma fille a donc sa place dans la maternelle qu’elle désirait :)

Le petit bémol a été les 60.000¥ qu’il a fallut immédiatement débourser, non remboursable.

Galère terminée (pour quelques années !)


Je pense que c’est tout (pour le moment), si vous avez quelques questions n’hésitez pas à les poser en commentaire.

[Expérience] Le coût de la vie au Japon

« Mais combien ça coûte la vie au Japon ?! »

Ça dépend en fait. Comme partout dans le monde, les prix varient d’une ville à l’autre et même d’un quartier à l’autre. Il y a des villes prisées, des villes méconnues, des quartiers huppés et d’autres plus populaires.

Ne prenez donc pas les chiffres qui suivent comme « les chiffres du messie » mais plutôt comme une prise de température (sous le bras bien sur …) d’une petite famille (2 adulte 1 enfant) qui résident dans la proche banlieue d’Osaka. (Ci dessous ma banlieue pas-wesh-wesh).

Les chiffres suivants sont légèrement arrondis.

  • Loyer  – ¥60.000 par mois : 45m², 2ème étage sans ascenseur (ça change de Paris, 17m² – 800€ – toilettes sur le palier dans le 14ème …)
  • Eau – tous les 2 mois : ¥4.000.
  • Mon smartphone – tous les deux mois  : ¥3.000 – c’est une sim d’une filiale Low Cost de NTT, 7go de data / mois.
  • Le smartphone de ma femme – ¥15.000 yen par mois : ce prix s’explique par le fait qu’elle paie en fait une sorte de forfait qui comprend les communications des ses parents. Seule, elle paierait dans les ¥9.000 yen. C’est normal ici, ils n’ont pas Free, ils n’ont pas compris.
  • Electricité ¥6.500 par mois. Il s’agit surement du poste de dépense le plus fluctuant dans notre cas. Au moment ou j’écris ces lignes, c’est l’été, il fait 30°C et deux ventilateurs tournent tranquillement toutes la journée. En hiver par contre, à cause de l’isolation inexistante made-in-Japan, il faut lancer les chauffage portatif, les tables chauffantes et Cie. Tout cela tourne à l’électricité, est plutôt vétuste et parvient, sans mal à doubler la facture d’électricité. Je ne vous raconte pas ma gueule, 10°C dans l’appartement le matin malgré les deux chauffages, la faute au vent glaciale qui s’engouffre entre la fenêtre et le mur … (l’isolation inexistante que je t’ai dit)
  • Gaz ¥2.500 – ¥3.000 par mois : (étrangement bas car nous sommes en été les radiateurs très coûteux que nous branchons beaucoup en hiver, sont évidemment pour l’instant au placard – comptez 8000 yen en hiver).
  • Internet + la TV câblée : ¥12.000 par mois. Si vous ouvrez la porte au mec de la NHK, il vous demandera si vous avez une TV et vous demandera avec un aplomb incroyable, de payer entre ¥14.000 et ¥24.000 (tip : n’ouvrez pas la porte, ne parlez que français, louchez).
  • Les transports : je n’utilise que le train et c’est assez cher. Alors qu’a Paris pour 1€ et quelques vous pouvez traverser la ville, ici on commence à casquer payer des la première station, ¥150 dans mon cas. ¥220 pour aller dans le centre ville d’Osaka, ¥1.000 voir plus pour traverser la ville du nord au sud. Les transports étant très propres et surs, je ne suis pas mécontent de payer plus cher maintenant qu’avant.
  • Les impôts/taxes : je ne sais tout simplement pas, je mettrai l’article à jour plus tard.

Les autres dépenses sont difficilement quantifiables car très fluctuantes. On peut manger correctement au restaurant quasi tous les soirs sans se ruiner. Il m’est déjà arrivé d’aller « slurper » un bol de ramen gros comme ma tète pour ¥500. Au contraire, si vous avez les poches pleines, rendez-vous du coté de Kobe pour déguster son bœuf, mais ça sera 10x plus cher, forcement.

J’entend quelqu’un demander : « et les fruits et légumes ? » En fait j’ai deux réponses : « c’est cher » et « ça peut aller » (les réponses cons).

La fameuse pastèque carrée japonaise, svt introuvable car invendable (source image).

Comme en France, il y a une échelle de prix (qui va du simple au x10, j’exagère à peine) en fonction des fruits que vous voudrez manger / pourrez vous payer. Des cerises ? Je ne pense pas en avoir déjà vu à Osaka et à mon avis, ça me coûterait surement un bras d’en acheter. Des pommes ? Ça peut le faire si vous ne choisissez pas celles qui sont grosses comme des noix de coco. Un melon ou une pastèque ? Ca peut le faire de temps en temps. Des poires japonaises ? Vous pourrez en acheter à foison car elles sont abordables. En gros c’est comme partout, manger local ne coûte pas trop cher.

Article : pourquoi les fruits sont chers au Japon (en anglais)

Le prix des boissons non alcoolisées me semble être assez similaires à ce qui se fait en France.

Je ne bois pas et ne fume pas, je ne peux donc pas vous parler de ces prix (voir la photo suivante).

Cigarettes distributeur

Si vous voulez connaitre le prix de quelque chose de plus précis, n’hésitez pas à laisser un commentaire, je tenterai de me renseigner ! (quelque chose d’utile hein, je n’irai pas chercher les prix des kit-kat thé vert pour vous !)


 

  • Un Hanko/Inkan (les tampons qui permettent de signer) : à partir de ¥500 dans les Don Quijote ou certaines librairie.

l’Ojizo est le protecteur des voyageurs et des enfants. On dit des enfants décédés avant la naissance qu’ils n’ont aucune richesses (car trop jeune) et sont donc incapable de payer le trajet vers le paradis. L’Ojizo est alors la pour guider ces enfants, pour que leurs âmes n’errent pas éternellement et trouvent le repos.

Ojizo Osaka Japon