La maternelle au Japon (3 à 6 ans)

Si vous avez un enfant qui va rentrer à la maternelle, si vous êtes enceinte, si vous êtes curieux, ce petit post est pour vous. Ma fille vient de terminer sa maternelle à Osaka et voici un petit résumé de l’expérience.

Un peu de contexte :

Au Japon l’école est obligatoire à partir de 6 ans et se divise comme suit :

De la naissance qu’à 6 ans par contre, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, plusieurs choix s’offrent aux parents :

  • Garder son enfant à la maison.
  • Le mettre à l’école.

Pendant ces 6 années, les enfants peuvent alors passer par deux écoles :

De 0 à 3 ans : la garderie.

(nursery school/day care en anglais – 保育園 (hoikuen) en japonais)

« Six percent of newborns, 26.2 percent of one-year-olds, and 37.7 percent of two-year-olds are sent to nursery schools. » (source, de 2000, certes, mais ça n’a pas beaucoup évolué depuis).

(6% des nouveaux-nés, 26.2% des enfants d’1 an et 37.7% des enfants de 2 ans sont envoyés en garderie)

Ces faibles chiffres s’expliquent ainsi :

  • Il y a peu de garderies.
  • Quand il y a une garderie assez proche, les places ne sont pas garanties (on donne souvent la priorité aux parents qui ont déjà un enfant dans l’école).
  • Le prix peut grimper très vite (ça dépend de l’endroit, privé ou public, de la notoriété, etc).
  • Si un des deux parents ne travaille pas (comme c’était mon cas à l’époque), l’intérêt de mettre un enfant en garderie est plutôt limité.

L’intérêt est d’autant plus limité pour les enfants dont l’un des parents n’est pas japonais, surtout si c’est celui qui va le garder car la période qui s’étale de la naissance à 3 ans est la période idéale pour commencer l’apprentissage d’une autre langue.

(ci-dessous ma petite à un peu plus d’un an, vous pardonnerez la qualité et les voix mielleuses des parents, ça vous arrivera aussi !)

De 3 à 6 ans : l’école maternelle.

(kindergarten en anglais – 幼稚園 (youchien) en japonais)

NB : il s’agit, pour chaque réponse, de mon expérience, qui peut bien sûr varier en fonction des écoles.

  • Combien ça coûte ?

Dans mon cas, les écoles publiques étant un peu trop éloignées, nous avons opté pour une petite école privée, à 2 min en marchant de chez nous, en banlieue d’Osaka : 300€ par mois en moyenne, avec une aide de la ville plus ou moins importante en fonction du travail (ou pas) des parents. La somme varie aussi en fonction de la ville (市) dans laquelle vous résidez.

La garderie elle, après l’école, coûte une 10aine d’€ par heure (+ 10€ pour la cantine).

NB : depuis octobre 2019 (je n’ai pas pu en bénéficier), l’école (au moins maternelle) est « censée » être gratuite. C’est une mesure du gouvernement (Abe Shinzo) pour relancer la natalité. Dans les faits, les écoles privées font payer ce qu’elles veulent, mais sachez que derrière elle touche aussi l’argent du gouvernement.

  • Comment trouver une école ?

Comme pour louer un appartement, il faut considérer le prix, l’éloignement, la réputation de l’établissement, etc. Il suffit de rentrer dans l’école et de demander les papiers pour la prochaine rentrée. Généralement, les écoles organisent des journées portes ouvertes pour les parents afin de venir visiter et poser des questions.

L’école vous posera aussi des questions car ils sont en position de « force », il y a généralement plus de demandes que de places disponibles.

  • Un uniforme ?

Pour ma fille, non pas un uniforme, mais quatre… qui varient en fonction de l’été ou de l’hiver (vu l’amplitude des températures au Japon, impossible de porter le même uniforme quand il fait 30°C ou 5°C) :

  • Le « normal » version printemps/été, qui ressemble à une blouse avec un chapeau de paille
  • Le « normal » version automne/hiver, avec une petite veste.
  • La tenue de sport printemps/été avec manches courtes.
  • La tenue de sport automne/hiver, avec manches longues.

Avec les chapeaux, casquettes, le sac à dos, la gourde, les chaussures pour marcher dans les couloirs, les couverts, les serviettes, une sorte d’oreiller pour les siestes… nous n’étions pas loin de 800€. Ces accessoires vont servir pendant 3 ans, c’est donc bien rentabilisé au final. C’est quand même une belle petite somme pour « débuter ».

A noter qu’il nous n’avions pas de choix pour les couleurs. Ça en choquera peut-être quelques-uns mais les filles en jupes, les garçons en shorts, l’uniforme de sport des filles en rouge, celui des garçons en bleu.

Quatre uniformes, auxquels il faudra certainement rajouter un yukata pour les festivals en été.

Osaka Japon tanabata école japonais
  • Un parent étranger, c’est vu comment ? La communication avec les profs ?

Je n’ai pas réellement eu de problèmes en 3 ans avec l’école, profs ou élèves. Mon japonais s’est amélioré en même temps que celui de ma fille et les conversations seront souvent très basiques et répétitives. « Demain l’école se termine à XX heures », « il faut penser à payer la cantine », « vous avez oublié le chapeau de votre fille avant-hier », « le spectacle de l’école c’est le mois prochain », vous voyez le genre.

Pas besoin d’un niveau énorme de japonais pour comprendre et se faire comprendre, et de toutes les façons, personne, pas même la prof d’anglais de l’école (sigh) ne parle anglais.

Il faut par contre s’attendre, comme d’habitude, à avoir quelques regards posés sur vous à la rentrée.

Un ou deux enfants ont fait remarquer à ma fille que son père n’était pas japonais mais ce n’est jamais allé plus loin.

  • Comment est vue ma fille à l’école ?

Mon expérience et celle de ma fille sont assez similaires, les enfants ont été gentils avec elle. Scolarité sans accroches au final, je ne pense pas qu’il faille se faire du souci pour la maternelle.

Le seul épisode qui agaçait ma fille c’est quand on lui demandait si j’étais (moi son père) Américain. Pour les enfants, en dehors du Japon, il n’existe qu’un seul autre pays, les USA. Impossible de leur en tenir rigueur.

« Pour la 30e fois ce mois-ci Miko-chan, mon père est français, FRAN-ÇAIS ! »

  • Activité en dehors de l’école

L’école de ma fille a organisé énormément d’activités extrascolaires. Ça dépend des saisons mais en moyenne une fois par mois ils peuvent :

  • aller cueillir des fraises dans une ferme,
  • visiter un aquarium, un musée des sciences, un zoo,
  • voir les pompiers et les policiers,
  • planter des arbres dans la forêt,
  • etc

Ce genre de sortie est chapeautée par les parents, qui surveillent les petits, mais étant français, j’ai demandé à en être exclu. En cas de pépin, il est impératif de savoir parler correctement japonais, ce qui n’était pas mon cas à l’époque.

  • Ils apprennent quoi à l’école ?

En sortant de l’école au bout de 3 ans, les enfants peuvent :

  • jouer un peu d’un instrument (pour le spectacle de fin d’année).
  • connaitre les hiragana/katakana
  • cumuler un peu de savoir sur tout ce qui les entoure grâce à toutes les sorties effectuées (celle du paragraphe précédent)
  • etc

Rien d’extraordinaire mais je pense que l’école de ma fille à bien joué son rôle.

  • Un côté négatif à l’école ?

Les horaires d’ouvertures (qui varient surement d’une école à l’autre) n’étaient vraiment pas compatibles avec ma recherche d’emploi.

Lundi, mardi, jeudi, vendredi : 9h à 14h30

Mercredi : 9h à 11h30

C’est plutôt léger et ça force les parents qui travaillent à passer par la garderie, qui coûte forcément chèr…

  • Des conseils ?

Un conseil un peu extrascolaire. Inscrivez assez tôt votre enfant à la piscine, même si ça ne lui sert pas à la maternelle. Au Japon, à partir du primaire, les enfants vont à la piscine pour les cours d’éducation physique. Japon oblige, une mini « ségrégation » (le mot est un peu fort) commencera à s’installer entre ceux qui savent déjà nager et ceux qui seront à la traîne. Il vaut mieux faire partie de ceux qui savent nager d’après ma femme.

*********************************

C’était un petit post mais c’est sympa pour moi de me remémorer ces trois années avant d’entamer l’école primaire.

Si quelqu’un a une question, n’hésitez pas à me la poser ci-dessous en commentaire ou sur twitter (https://twitter.com/ShootOsaka). Je reviendrais compléter avec ce que j’ai oublié !

7 réflexions au sujet de « La maternelle au Japon (3 à 6 ans) »

  1. yann

    excellent, j’en apprends toujours . j’ai fait une fois avec ma femme la sortie d’école avec la classe et deux garçons de la classe de Maeli m’ont dit tu es son papa? mais tu es pas japonais? lol. Et c’est en France! bises à tous les trois :)
    Yann

    Répondre
  2. Julien

    Papa d’un petit garçon franco-japonais de 6 mois, c’est toujours avec grand plaisir que je lis les articles de la vie d’autres enfants « ハーフ », merci!
    Je suis passionné par les langues étrangères et j’ai hâte de voir comment mon fils se débrouillera avec ses deux langues maternelles.
    J’adorerais lire un article sur comment vous apprenez le français à votre fille, et comment vous la gardez en contact avec la France (voyages réguliers, skype avec la famille, communauté française au Japon, etc..)
    Mon fils est encore tout petit mais j’y pense déjà tellement. Pour nous c’est l’inverse car nous vivons en France. Bien que la langue dans notre couple doit le français, j’aime beaucoup mixer les langues, je me demande si cela ne va pas le perturber dans son apprentissage. :p

    Répondre
    1. shootjapan Auteur de l’article

      Je n’apprend malheureusement pas bcp de français à ma fille mais elle comprend tout ce que je dis, à 100% si je n’utilise pas de mots nouveaux. Les mots nouveaux sont instantanément retenus de toutes les façons. Je suis sa seule source de français malheureusement car ma famille est plutôt restreinte. Toute ma vie est maintenant au Japon. Le fait de mixer les langues et de perturber l’apprentissage, c’est la peur de 99% des parents d’enfants comme les nôtres, mais ça n’arrive jamais. Les enfants sont des éponges, littéralement. Je n’ai jamais entendu ma fille utiliser un seul mot de français avec des japonais. Si elle connait le mot en français, mais pas en japonais, elle dit qu’elle ne sait pas.
      C’est vrai qu’il y a de quoi faire et j’adorerais faire un post dessus mais je suis malheureusement un peu trop feignant et je n’arriverai pas à ne pas me disperser :x Peut-être un jour, on ne sait jamais, je met ces questions de côté ! Merci !

      Répondre
      1. Rémy

        Salut Gun
        Depuis mon dernier mail, je ne sais pas si tu étais au courant que j’étais devenu Papa (tu sais que ma femme vient de Tottori).
        Je n’ai absolument jamais pensé que mixer les langues ou la culture pouvait perturber l’apprentissage de l’enfant. Cependant, je vois mon Loulou, à presque 4 ans, il galère quand même un peu à s’exprimer en Français et en Japonais. Il commence à s’intéresser à l’anglais par contre (volonté délibérer de ma femme et moi de parler en anglais devant lui).
        L’autre jour, je suis dis une phrase en Anglais pour la lui faire répéter, il m’a tué avec un super accent!!
        L’uniforme, y’a que ça de bon. Oui, ça a clairement un coût élevé, mais il faut reconnaître que ça casse toute différence de classe sociale.
        Au plaisir!!!
        Rémy

  3. Sylvain

    Bonjour,
    merci pour cet article interessant.
    Je suis moi aussi papa de 2 petits hafu a Osaka.

    Je peux apporter qq precisions qui m’on aide a comprendre se systeme Japonais qui pour moi etait incomprehensible.

    comme tu l’as dis dans l’article, de 0 a 6 ans il n’y a officiellement pas d’ecole pour les enfants.
    Il n’y a pas si longtemps encore, une grande partie des maman etaient des femmes au foyer donc ca ne posais pas trop de problemes.
    Le gouvernement proposait une ecole non obligatoire de « transition » de 3 a 6 ans juste le matin (youchien) pour habituer les enfants a l’ecole avant la primaire(full time).

    Mais meme le Japon evolue, et les femmes elles aussi se sont mises a travailler.
    Alors le gouvernement au lieu de changer les relges des youchien, ont decide de creer des ecoles pour les enfants de 0 a 6 ans(et non pas de 0 a 3 ans) avec des horaires de 9:00 a 18:00 (hoikuen) et de prioriser les couples ou les 2 parents travaillent.
    comme les places sont rares en hoikuen, il y a un systeme de priorite (etablisement public et prive):
    1- les 2 parents travaillent
    ensuite quand seulement 1 des parent travaille :
    2- le deuxieme parent est en recherche de travail (papier de hello work a l’appui)(ejecter au bout de 3 mois si pas de travail trouve)
    3- femme enceinte, parent malade, obliger de s’occuper des grand parents malade, etc…
    4- ne cherchant pas de travail mais avec des grand parents ne vivant pas a proximite
    5- avec des grand parents a proximite (0 chance d’avoir une place).

    Pour infos, depuis cette annee l’ecole est gratuite pour les enfants a partir de 3ans(juste a Osaka ?).

    Ensuite c’est pas fini,
    lorsque vous avez visite plusieurs etablissement; si vous avez choisie une ecole prive vous pouvez vous arrange avec elle pour avoir une place (en gros si vous payer vous avez une place).
    Mais,
    si vous avez choisie une ecole public (ou prive avec autorisation officielle) vous devez aller a votre mairie,
    donner une liste de 4/5 etablissement classer par ordre de preference de celui que vous voudriez a celui du « si vraiment ya pas d’autre place ».
    Ensuite la mairie fait une sorte de tirage au sort selon votre priorite / places qui restent / votre liste et vous envoie le resultat par lettre.

    Enfin, si vous n’etes pas selectionner ou que vous refuser l’ecole qui vous a ete choisie(on peut), vous pouvez attendre le prochain tour de tirage au sort qui se fait tous les mois.

    Voila, J’esper ne pas trop long (et chiant) : )

    Répondre

Something to say ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s