Archives du mot-clé japonais

Osaka Japon tanabata école japonais

Tanabata, la fête des étoiles.

Le 07 juillet, c’était Tanabata. Au Japon, c’est la fête des étoiles (si tu veux en savoir plus, wikipédia est ton ami).

Pour l’occasion, l’école de ma fille organisait donc un petit festival très convivial. Trainant rarement dans les écoles maternelles quand je n’avais pas d’enfants (hé ouais), ce fut pour moi et pour ma fille une première plutot sympa.

Pour l’occasion, les petits portent tous des yukata.

Osaka Japon tanabata école japonais

Qui dit festival dit danse. Un tambourin (non, ce n’est pas le vrai nom, c’est comme ca que je l’appelle) est placé au centre du festival, sur une estrade, et les gens dansent autour.

Osaka Japon tanabata école japonais

Aujourd’hui c’est le tour des enfants !

Osaka Japon tanabata école japonais

Les professeurs font des combat de fesses-sumo, si si.

Osaka Japon tanabata école japonais

Une bonne ambiance, des bons souvenirs :)

Osaka Japon tanabata école japonais

Osaka Japon

Vite vite, mon smartphone.

Je m’assois dans le train, lève la tête et remarque ce cadrage intéressant. Vite, vite, dans quelques secondes le train va partir ou quelqu’un va se placer devant moi.

3, 2 … plus vite, 1, ouf, c’est fait.

Osaka Japon

Osaka Japon

What’s on your mind?

Il est des fois ou certaines photos ne sont pas spécialement belles mais évoquent quelque chose d’intéressant pour son auteur (moi). Cette photo en fait partie.

Le Japon est un pays ou les gens travaillent beaucoup (attention, je ne parle pas d’efficacité hein, c’est un autre sujet) et les trains, le soir, sont souvent remplis de gens fatigués, la tête plongée dans le smartphone ou les yeux perdu dans le vide pensant très certainement à la journée similaire qui les attend le lendemain.

Cette photo évoque pour moi cet instant. Un « moment Japon ».

Osaka Japon

 

La plus japonaises des carpes

Ce week end direction l’expo park d’Osaka. Les cerisiers ne sont pas encore en fleurs, la nature s’eveille, gentillement et surtout les carpes, toujours pretes à s’approcher pour obtenir un peu de nourriture !

Certaines carpes attendent, la bouche ouverte, de recevoir de la nourriture (ce qui explique qu’elles soient souvent énormes)

et voici la fière représentante du Japon !

 

Le monde des fourmis

Les japonais me font souvent penser à des fourmis. Si vous prenez un peu de hauteur, les similitudes sont alors flagrantes.

Ca grouille d’individus, les conversations sont rares, les contacts le sont encore plus.


ils se croisent, interagissent quelques minutes, mais pas plus, car ils ont quelque chose à faire, une tache, importante pour la fourmilière, que les autres ne comprendrait pas de toutes les façons, même si ils avaient le temps de la leur expliquer.

Il faut bien que quelqu’un le fasse, après tout. C’est compliqué la vie de fourmi japonais.

dsc04481dsc04482dsc04354

Nara Japan

Un jour d’automne à Nara

Un bon gros soleil et une température plutôt clémente, voila ce qui m’a poussé à sortir de chez moi cette semaine pour aller à Nara.

Bien qu’à Osaka la faune et la flore soient aussi présentes (cafards, rats, salaryman …), Nara elle, est peuplée de cerfs (c’est quand même autrement plus majestueux !). Petite ville d’environs 375.000 âmes, plutôt plate (il y a très peu de buildings) et surannée (c’était la capitale du Japon entre 710 et 794) c’est une petite pépite au milieu du Kansai.

Osaka – Nara se fait par train en une 40aine de minutes, si vous n’optez pas par inadvertance comme moi pour le train local, celui qui s’arrête à tooooooutes les stations.

De Namba (Osaka) il faut prendre la « kintetsu-nara-line » et s’arrêter à … Nara (bien joué).

Nara

A un gros tiers du parcours, le train se met à gravir la montagne qui sépare Osaka de Nara et si vous regardez du côté gauche, vous aurez une vue sympathique sur Osaka (en rouge sur la carte du dessus).

Je suis arrivé assez tôt à Nara et la lumière était très belle.

Nara Japan

Nara Japan

Les biches autour de Nara ne sont pas les plus dociles. Elles vivent entre les montagnes et la ville et n’ont pas énormément de contacts avec les touristes. Elles ne se laissent pas approcher même avec de la nourriture.

Nara Japan

La nourriture pour biches peut s’acheter auprès des nombreux petits marchands placés sur les trottoirs de la ville. 150 yen.

 Et comme presque partout au Japon pendant l’automne, Nara ne déroge pas à la règle et se pare de très belles couleurs. J’ai sûrement eu la chance de voir les dernières feuilles colorées de cette année car le froid, le vrai, ne tardera pas à arriver.

Nara Japan

Scène un peu surréaliste en plein Nara. Lac, feuilles colorées, salaryman, biche (oui j’appelle les mâles et les femelles « biches »), le bateau, etc. Je m’attendais à ce que quelqu’un gueule : « Coooooupez ! elle est bonne ! »

Nara Japan

Japon oblige, les incongruités sont elles aussi présentes à Nara.

Nara Japan

Nara Japan

En cas de départ de feu dans un temple/sanctuaire, d’impressionnant moyens peuvent être mis en oeuvre en quelques secondes (mode ironique Off). Sérieusement, je pense que la chance d’éteindre un incendie avec un seau d’eau est aussi mince que la possibilité de se noyer dedans :/

Nara Japan

Mais les biches alors, où sont-elles ? Au milieu de Nara se trouve un grand parc avec ces fameuses biches qui posent devant les appareils en s’inclinant, espérant ainsi obtenir des friandises.

Nara Japan

Quand les gens viennent vous nourrir 365 jours par an, gratuitement, vous pouvez vous permettre de faire la difficile !

Nara Japan

Nara Japan

Les meilleures horaires pour se rendre à Nara et prendre des photos sont le matin assez tôt, et/ou le soir juste avant le couché du soleil (cf les 2 photos suivantes prises pendant la Golden hour). Ces heures permettent aussi d’éviter le flot de touristes qui se déverse par bus sur la ville entre 11h et 16h.

Nara Japan

Nara Japan

 

Et en bonus quelques photos de mes précédentes visites :

 

Vive les biches !

Tengu festival

Surement mon festival préféré à Osaka.

Un petit temple, deux ou trois démons ayant pour seul but de terroriser et frapper les gens présents. Alors dit comme ça, ça semble cruel, mais malgré les cris des enfants, l’ambiance est très joviale.

Tout le monde s’incline devant le démon.

dsc02670

dsc02665

Mais des fois, certaines personnes sont récalcitrantes

dsc02666

Voir totalement arrogante :p

dsc02731

Les coups pleuvent donc plus forts pour eux !

dsc02733

dsc02734

Et pour mettre de l’ambiance, un gros tambour est frappé très répétitivement.

dsc02712

[Expérience] Le coût de la vie au Japon

« Mais combien ça coûte la vie au Japon ?! »

Ça dépend en fait. Comme partout dans le monde, les prix varient d’une ville à l’autre et même d’un quartier à l’autre. Il y a des villes prisées, des villes méconnues, des quartiers huppés et d’autres plus populaires.

Ne prenez donc pas les chiffres qui suivent comme « les chiffres du messie » mais plutôt comme une prise de température (sous le bras bien sur …) d’une petite famille (2 adulte 1 enfant) qui résident dans la proche banlieue d’Osaka. (Ci dessous ma banlieue pas-wesh-wesh).

Les chiffres suivants sont légèrement arrondis.

  • Loyer  – ¥60.000 par mois : 45m², 2ème étage sans ascenseur (ça change de Paris, 17m² – 800€ – toilettes sur le palier dans le 14ème …)
  • Eau – tous les 2 mois : ¥4.000.
  • Mon smartphone – tous les deux mois  : ¥3.000 – c’est une sim d’une filiale Low Cost de NTT, 7go de data / mois.
  • Le smartphone de ma femme – ¥15.000 yen par mois : ce prix s’explique par le fait qu’elle paie en fait une sorte de forfait qui comprend les communications des ses parents. Seule, elle paierait dans les ¥9.000 yen. C’est normal ici, ils n’ont pas Free, ils n’ont pas compris.
  • Electricité ¥6.500 par mois. Il s’agit surement du poste de dépense le plus fluctuant dans notre cas. Au moment ou j’écris ces lignes, c’est l’été, il fait 30°C et deux ventilateurs tournent tranquillement toutes la journée. En hiver par contre, à cause de l’isolation inexistante made-in-Japan, il faut lancer les chauffage portatif, les tables chauffantes et Cie. Tout cela tourne à l’électricité, est plutôt vétuste et parvient, sans mal à doubler la facture d’électricité. Je ne vous raconte pas ma gueule, 10°C dans l’appartement le matin malgré les deux chauffages, la faute au vent glaciale qui s’engouffre entre la fenêtre et le mur … (l’isolation inexistante que je t’ai dit)
  • Gaz ¥2.500 – ¥3.000 par mois : (étrangement bas car nous sommes en été les radiateurs très coûteux que nous branchons beaucoup en hiver, sont évidemment pour l’instant au placard – comptez 8000 yen en hiver).
  • Internet + la TV câblée : ¥12.000 par mois. Si vous ouvrez la porte au mec de la NHK, il vous demandera si vous avez une TV et vous demandera avec un aplomb incroyable, de payer entre ¥14.000 et ¥24.000 (tip : n’ouvrez pas la porte, ne parlez que français, louchez).
  • Les transports : je n’utilise que le train et c’est assez cher. Alors qu’a Paris pour 1€ et quelques vous pouvez traverser la ville, ici on commence à casquer payer des la première station, ¥150 dans mon cas. ¥220 pour aller dans le centre ville d’Osaka, ¥1.000 voir plus pour traverser la ville du nord au sud. Les transports étant très propres et surs, je ne suis pas mécontent de payer plus cher maintenant qu’avant.
  • Les impôts/taxes : je ne sais tout simplement pas, je mettrai l’article à jour plus tard.

Les autres dépenses sont difficilement quantifiables car très fluctuantes. On peut manger correctement au restaurant quasi tous les soirs sans se ruiner. Il m’est déjà arrivé d’aller « slurper » un bol de ramen gros comme ma tète pour ¥500. Au contraire, si vous avez les poches pleines, rendez-vous du coté de Kobe pour déguster son bœuf, mais ça sera 10x plus cher, forcement.

J’entend quelqu’un demander : « et les fruits et légumes ? » En fait j’ai deux réponses : « c’est cher » et « ça peut aller » (les réponses cons).

La fameuse pastèque carrée japonaise, svt introuvable car invendable (source image).

Comme en France, il y a une échelle de prix (qui va du simple au x10, j’exagère à peine) en fonction des fruits que vous voudrez manger / pourrez vous payer. Des cerises ? Je ne pense pas en avoir déjà vu à Osaka et à mon avis, ça me coûterait surement un bras d’en acheter. Des pommes ? Ça peut le faire si vous ne choisissez pas celles qui sont grosses comme des noix de coco. Un melon ou une pastèque ? Ca peut le faire de temps en temps. Des poires japonaises ? Vous pourrez en acheter à foison car elles sont abordables. En gros c’est comme partout, manger local ne coûte pas trop cher.

Article : pourquoi les fruits sont chers au Japon (en anglais)

Le prix des boissons non alcoolisées me semble être assez similaires à ce qui se fait en France.

Je ne bois pas et ne fume pas, je ne peux donc pas vous parler de ces prix (voir la photo suivante).

Cigarettes distributeur

Si vous voulez connaitre le prix de quelque chose de plus précis, n’hésitez pas à laisser un commentaire, je tenterai de me renseigner ! (quelque chose d’utile hein, je n’irai pas chercher les prix des kit-kat thé vert pour vous !)


 

  • Un Hanko/Inkan (les tampons qui permettent de signer) : à partir de ¥500 dans les Don Quijote ou certaines librairie.