Archives du mot-clé temple

l’imagination

Japon Osaka contraste

Osaka Minoo dragpn fontaine

L’invasion

image

Les daruma sont des figurines creuses, de forme arrondie, sans bras ni jambes. Elles ont été modelées d’après Bodhidharma. Elles sont le plus souvent rouges, mais parfois jaunes, vertes et blanches. Le visage de la figurine est moustachu et barbu, les yeux sont blancs, sans iris.

Certaines figurines sur les joues ont des caractères peints expliquant le type de souhait de son propriétaire (gloire, richesse, santé, protection des siens). Le prénom du propriétaire peut être inscrit sur le menton de la figurine.

On peut se procurer les daruma dans les temples bouddhistes ou à proximité. Les prix varient de 1 000 yens pour les plus petites, qui avoisinent 15 cm de hauteur, à plus de 10 000 yens pour les plus grandes d’environ 60 cm de hauteur. On possède généralement un seul daruma entamé à la fois.

On utilise de l’encre noire pour dessiner la pupille circulaire du premier œil en se formulant mentalement le vœu. Jusqu’à ce que le vœu se réalise, on entrepose le daruma en hauteur dans sa maison, généralement près d’autres objets du même acabit, comme un butsudan, sorte de boîte à prière bouddhiste. Si le souhait se réalise, on dessine alors la seconde pupille, et on écrit la façon dont le vœu a été réalisé; ceci a donc, au-delà des superstitions, l’avantage d’apporter une réflexion sur la façon d’accomplir ce qui est désiré. Si le vœu ne se réalise pas, et que le daruma a été acheté dans un temple (il porte alors le sceau du temple), son propriétaire peut l’y renvoyer pour qu’il y soit brûlé. La plupart des temples refuseront de brûler des figurines qu’ils n’ont pas confectionnées. Le rituel de destruction par le feu, qui a généralement lieu à la fin de l’année, indique aux kami que l’on n’a pas renoncé à son souhait mais que l’on cherchera d’autres moyens pour qu’il se réalise

Source : Wikipedia

A et HUM

Avez vous remarqué deux chiens (oui ce sont des chiens) présent dans la plupart (tous ?) les temples Japonais et se prénomment « A » et « HUM ». « A » est celui avec la gueule ouverte, « HUM » celui à la gueule fermé (les sons étant respectivement prononcés bouche ouverte et bouche fermée).

« A » et « HUM » sont en fait la première et la dernière lettre de l’alphabet Japonais (Hiragana et/ou Katakana). あet ン. « A » et « HUM » englobent donc toutes les autres lettres, et « accessoirement », par conséquent, l’univers.

Hum

Hum

 

A

A

Shimenawa

Japan

 

Le shimenawa (標縄 ou 注連縄) est une corde sacrée utilisée au Japon, constituée de torsades de paille de riz plus ou moins grosses en fonction de l’utilisation, et tressée de gauche à droite.

Le shimenawa délimite généralement une enceinte sacrée et particulièrement l’aire de pureté d’un sanctuaire shinto mais il est populairement placé aux pas de portes lors des évènements du calendrier Shintô ou bien autour d’un autel Kamidana.

Lorsqu’il entoure un rocher ou un arbre le shimenawa montre qu’il s’agit d’un territoire du domaine du kami et donc que tout type de pollution doit en être exclu.

Source : wikipedia