Archives pour la catégorie Must see

Fais-moi peur !

Mais qu’est ce qui fait pleurer ces petits japonais ???


Tous les ans, pendant deux jours, se déroule un étrange festival du coté de Minoo, au nord d’Osaka.

D’étranges créatures, les Tengu, apparaissent et frappent les gens sur la tête. Mais pourquoi ? Car être frappé par un Tengu porte chance. Ces derniers poursuivent alors les gens dans l’enceinte du temple, et principalement les enfants, qui pleurent à chaudes larmes.

Femmes, hommes, enfants, bébés, personnes âgées, tout le monde y passe, le tengu n’est pas avare de caresses coups.


Et certains fois, ils choisissent quelqu’un dans la foule …

tengu

Tengu

tengu

« Toi »

tengu

« Oui toi ! »

C’était pour ma pomme !



Petit bonus, avec le son, c’est encore mieux pour l’ambiance !


Plus d’infos sur le(s) Tengu : ici.

Plus d’infos sur le festival : ici.

Ojizosama

Ojizosama

Les Ojizosama (ou Ojizosan) sont de petites statues que l’on trouve dans les temples, cimetières ou le long des routes. Elles sont liées au Bouddhisme.

Ce sont les gardiennes des enfants (d’ou le visage faisant penser à des enfants), et plus particulièrement des enfants qui meurent avant leurs parents. Elles sont censées protéger les enfants dans l’autre monde.

Les Ojizosama protègent aussi les pompiers et les voyageurs.

Le festival du feu

Le Festival du feu prend place à Ikeda, au nord d’Osaka. C’est un festival vraiment sympa dans le sens ou il n’est pas énormément fréquenté (d’un point de vue Japonais, car il y a quand même énormément de monde).

Ce festival est aussi assez court puisqu’il ne dure pas toute la journée mais une bonne partie de la soirée.

*** cliquez sur les images pour les agrandir***

On peut croiser beaucoup de monde portant un yukata.
Ikeda fire festival Japon

La foule n’est pas compacte mais il est parfois difficile de s’approcher des « chars ».Ikeda fire festival JaponUn « char » s’approche.
Ikeda fire festival JaponEn voilà deux, avec les hommes les accompagnant, tentant de le pas faire tomber ces torches géantes qui sont portées à bout de bras.Ikeda fire festival Japon Ikeda fire festival JaponIkeda fire festival JaponIkeda fire festival JaponQuand les torches manquent de tomber, tout le monde s’y met et tentent de les redresser.Ikeda fire festival JaponJapon oblige, il doit y avoir autant de policiers et gardes que de festivaliers …Ikeda fire festival Japon

Tournoi de Sumo à Osaka.

Grace au post d’Angelo (Horizons du Japon) sur le tournoi de sumo d’Osaka, je me suis enfin décidé à y aller !

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Les places les moins chères, 4000 yen tout de même, en hauteur, parfaite pour faire des photos. On peut y rencontrer énormément de non-Japonais.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Les places les plus chères, squattées par les retraités, qui ont du temps, et de l’argent. Quelques salarymen s’y trouvent aussi.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Les débuts sont un peu laborieux, sumo débutants et peu de monde dans les gradins, mais il faut bien commencer un jour.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Quelques jolies prises chez les débutants.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Un point litigieux, les « arbitres » discutent, le match ne se refera pas, tant pis pour le petit sumo debout en bas.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Les Dieux sont sponsorisés et il faut que ca se voit !

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

« Hooooooo » « Haaaaaaaaa » « ganbare ! »

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Colisée plein !

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

1 sec plus tard, allongé sur l’arbitre en bas.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

« Je vais te bouffer » dans la langue des yeux chez les Sumo.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Un Sumo non-Japonais, et au passage, derrière, quelques kimonos, Japon oblige.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

LE Champion, qui n’est pas Japonais, mais Mongol (Hakuhou)

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Mon voisin avait un grand smartphone …

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Ambiance au maximum, ca hurle, et ce Sumo en rajoute en jetant du sel (un rituel) très haut.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Beaucoup de tendresse …

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

… et un tout petit !

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

De toutes les tailles …

Tournoi de Sumo à Osaka, Japon.

Une trentaine de matchs, les Sumo les plus cotés en fin de journée.

 

 

Quelques conseils :

Le tournoi ouvre avant midi, mais il n’est pas nécessaire de s’y rendre avant 14 voir 15h. Le matin et le début d’après midi sont réservés aux Sumo les moins … c’est un peu brouillon, le public est absent, l’ambiance n’y est pas (il faut bien débuter hein).

A partir de 14h … les lions rentrent sur la piste, et c’est juste le feu.

Et les réservations se passent comment ?

Il faut :

1. acheter une place sur ce site : http://sumo.pia.jp/en/

2. présenter le ticket de caisse reçu par mail dans un konbini pour imprimer le billet.

 

Ou se trouve le Colisée ?

sumo map

L’invasion

image

Les daruma sont des figurines creuses, de forme arrondie, sans bras ni jambes. Elles ont été modelées d’après Bodhidharma. Elles sont le plus souvent rouges, mais parfois jaunes, vertes et blanches. Le visage de la figurine est moustachu et barbu, les yeux sont blancs, sans iris.

Certaines figurines sur les joues ont des caractères peints expliquant le type de souhait de son propriétaire (gloire, richesse, santé, protection des siens). Le prénom du propriétaire peut être inscrit sur le menton de la figurine.

On peut se procurer les daruma dans les temples bouddhistes ou à proximité. Les prix varient de 1 000 yens pour les plus petites, qui avoisinent 15 cm de hauteur, à plus de 10 000 yens pour les plus grandes d’environ 60 cm de hauteur. On possède généralement un seul daruma entamé à la fois.

On utilise de l’encre noire pour dessiner la pupille circulaire du premier œil en se formulant mentalement le vœu. Jusqu’à ce que le vœu se réalise, on entrepose le daruma en hauteur dans sa maison, généralement près d’autres objets du même acabit, comme un butsudan, sorte de boîte à prière bouddhiste. Si le souhait se réalise, on dessine alors la seconde pupille, et on écrit la façon dont le vœu a été réalisé; ceci a donc, au-delà des superstitions, l’avantage d’apporter une réflexion sur la façon d’accomplir ce qui est désiré. Si le vœu ne se réalise pas, et que le daruma a été acheté dans un temple (il porte alors le sceau du temple), son propriétaire peut l’y renvoyer pour qu’il y soit brûlé. La plupart des temples refuseront de brûler des figurines qu’ils n’ont pas confectionnées. Le rituel de destruction par le feu, qui a généralement lieu à la fin de l’année, indique aux kami que l’on n’a pas renoncé à son souhait mais que l’on cherchera d’autres moyens pour qu’il se réalise

Source : Wikipedia